sopra le nuvole, il cielo è azzurro


  • Accueil
  • > appronfondimento
  • > Rapport «Planète Vivante 2010» : les ressources naturelles s’épuisent, selon le WWF
« | Accueil | »

Rapport «Planète Vivante 2010» : les ressources naturelles s’épuisent, selon le WWF

«Lorsqu’il s’agit de la planète, une once de prévention vaut un siècle de réparations» tel est le message du WWF qui vient de présenter son rapport «Planète Vivante 2010». Zoom en 10 points clés.

 

1. La biodiversité est toujours en déclin, en particulier dans les zones tropicales et les habitats d’eau douce.

2. Les pays à haut revenus ont une Empreinte Ecologique environ trois fois plus importante que les pays à revenus moyens et à peu près cinq fois le revenu des pays à faible revenus. Les pays à plus forte empreinte écologique sont les Emirats Arabes Unis, le Qatar, le Danemark, la Belgique, les Etats-Unis, l’Estonie, le Canada, l’Australie, le Koweït et l’Irlande.

3. A revenus plus élevés, empreintes écologiques plus élevées, à revenus faibles, empreintes écologiques allégées.

4. Sur la base des données de 2007 analysées dans le rapport 2010, l’Empreinte Ecologique de la Terre a dépassé sa biocapacité (terre productive) de 50%.

5. Si nous continuons à vivre au delà des limites de la terre, d’ici à 2030, l’humanité nécessitera une capacité de deux planètes afin de maintenir le rythme de consommation des ressources naturelles et d’absorber la pollution de CO².

6. Notre « découvert » actuel est largement le fait d’émissions de carbones.

7. Deux problèmes capitaux doivent être pris en compte, le développement des pays à moyens et faibles revenus et l’accès équitable de l’intégralité de l’humanité à une énergie propre, à de la nourriture et des ressources terrestres.

8. L’impact de la dégradation environnementale s’abat sur les peuples les plus pauvres

9. Notre consommation d’énergie, notre façon de nous alimenter et de nous approvisionner en énergie est centrale dans l’allègement de notre empreinte et du maintien de la biodiversité afin d’assurer que la Terre puisse entretenir une population globale estimée qui dépasse les 9 milliards en 2050.

10. Mesurons ce que nous chérissons : nous devons parvenir à mesurer et évaluer la biodiversité, les écosystèmes et la santé, sachant que ceux-ci contribuent à notre biocapacité (terre productive).

Au final, notre prospérité repose sur une gestion soutenable et raisonnable de notre capital naturel.


Laisser un commentaire

ecoblog le blog éco |
Néolibéralisme & Vacuit... |
Maatjes en bier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cfdt trecia
| BARAKA
| Opposition à Center Parcs